• Recevoir nos informations

    Nous contacter

     Association Sorézienne
    Chez Patrick CHABIN
    622 Rue de la Mairie

    10130 AUXON
    FRANCE

    Achille MAFFRE de BAUGÉ (1871-1872)

    Achille était né à Marseillan (Hérault), d'une des plus anciennes familles du languedoc, alliée aux Barral d'Estève (l'Emmanuel de Lacordaire), le 16 mars 1855. Il était l'ancêtre d'Emmanuel (voir ci-après).

    Il comptait parmi ses ancêtres le chevalier Des Grieux. A peine échappé des bancs de Sorèze, il publie sa première plaquette de vers Dièzes et bémols.

    A partir de ce moment, proses et vers, oeuvres d'imagination, de polémique ou d'histoire, tout lui est bon prétexte à mettre du noir sur du blanc. En 1881, il lance les Chants du Paria, avec un sonnet d'envoi au comte de Chambord; puis, c'est une plaquette de vers parue chez Dentu (1893), le Narguileh, et en 1896 un volume de poésie, les Gants blancs (Savine, éditeur). Entre temps, un roman a paru chez Savine (1892) : Chères Amours.

    Et un peu partout des brochures où il aborde de front les questions d'art, de littérature, de sociologie: études sur Barbey d'Aurevilly, Bismarck et Richelieu, l'Hégémonie latine, les Arènes. Il annonce en préparation un volume de vers: Pour la Beauté, et un roman: Le Cantique des Cantiques. Maffre fut l'un des principaux collaborateurs du baron de Tourtoulon dans la Revue du monde latin; il a collaboré à la Gazette de Moscou; il fut le rédacteur en chef de la Revue le Passant. En août 1897, il a pris la parole au pied du monument de Molière, dans la Grange-des-Prés, à Pézenas, et revendiqué au nom de Mistral les droits du régionalisme.

    Poète, romancier, publiciste, félibre, avec le poète albigeois Fourès, Marcel Semeziès, François Tresserre, Maffre fonda, en 1881, la compagnie des mousquetaires gris, qui eut une heure de célébrité sur les boulevards, troubla des reporters qui virent un essai de restauration monarchique dans cette réunion de poètes et d'écrivains où s'inscrivirent Pouvillon, Loti, Boulhon, Rouanet. Inutile d'ajouter que Maffre fut le d'Artagnan de ces mousquetaires renouvelés de Dumas.

    François Tresserre

    Accéder à votre espace

    Identifiant : 
    Mot de passe : 
    mot de passe oublié?

    Le journal mensuel

    18/03/2017

    Soreze ma jeunesse

    Les archives de SorèzeLe journal mensuel avant 2014
    powered by